comeshuggah-copie

Meshuggah + High On Fire : Live Report


BASE PRODUCTIONS
présentait le concert de
Meshuggah + High On Fire
le 6 décembre 2016
au Bataclan à Paris

hardforce-18

___________________________________________________________________________________

C’est mon grand retour au Bataclan depuis sa réouverture en novembre dernier et force est de constater que le public est bien au rendez-vous pour cette soirée Ultra Metal « sold out », et ça fait chaud au coeur de voir un tel engouement dans ce lieu mythique, après le drame effroyable de 2015. « The show must go on »aurait dit le grand Freddy, et celui de ce soir s’annonce mémorable avec en tête d’affiche l’illustre groupe suédois, MESHUGGAH,  qui envoie son extrême Metal avant-gardiste, depuis 3 décennies et dont le dernier album studio The Violent Sleep of Reason est sorti le 7 octobre 2016 via Nuclear Blast et dont le fil conducteur des paroles est justement lié à la montée d’idéologies extrêmes et aux actes de terrorisme.
En première partie, c’est le groupe américain de Heavy/Sludge Metal, « HIGH ON FIRE » qui aura la charge de chauffer la salle.

HIGH ON FIRE, formé en 1998, a sorti 7 albums et le dernier en date « Luminiferous » est paru en 2015. C’est d’ailleurs avec le titre ‘The Black Plot », issu de cet opus, le plus représenté ce soir, que les californiens lancent leur set. Le Tempo est rapide et Matt Pike et ses deux compères, Des Kensel à la batterie et Jeff Matz à la basse enchaînent les titres bien rentre dedans, avec un chant graveleux et puissant, de gros riffs et une basse bien grasse. Notre trio ne fait pas dans la dentelle et leur musique est abrupte et un peu rengaine je dois dire. Nos vieux briscard ne sont pas là pour amuser le terrain et ils vous en jette plein la figure et vous décrasse les oreilles en deux temps trois mouvements.  Le titre  » Blood from Zion » issu du tout premier album « The Art of Self Defense » paru en 2000, sort un peu du lot, tout comme le dernier morceau du set « Snakes for the divine » qui sonne un peu plus heavy. Dans l’ensemble, le public est plutôt réceptif et se laisse porter par l’intensité musicale. L’auditoire est venu se défouler et se met en condition pour la suite de la soirée qui s’annonce des plus explosive avec la venue de Meshuggah.

cohigh-on-fire-4

cohigh-on-fire-3

cohigh-on-fire-9

cohigh-on-fire-6

cohigh-on-fire-8

cohigh-on-fire-11

cohigh-on-fire-2

cohigh-on-fire

cohigh-on-fire-1

cohigh-on-fire-13

Line Up

Matt Pike – Guitars, Vocals
Des Kensel – Drums
Jeff Matz – Bass

SETLIST

1.The Black Plot (album Luminiferous 2015)
2.Carcosa (album Luminiferous 2015)
3.Rumors of War (album Death Is This Communion 2007)
4.Serums of Liao (album De Vermis Mysteriis 2012)
5.Slave the Hive (album Luminiferous 2015)
6.The Falconist (album Luminiferous 2015)
7.Turk (album Death Is This Communion 2007)
8.Fertile Green (album De Vermis Mysteriis 2012)
9.Blood from Zion (album The Art of Self Defense 2000)
10.Snakes for the Divine (album Snakes for the Divine 2010)

******************************************

cohigh-on-fire-14

Les fans s’agglutinent sur le devant de la scène collés à la barrière du pit, dans l’attente fébrile du groupe phare de la soirée. Le Bataclan est à présent plein à craquer. La salle est en ébullition avec ses 1500 âmes venues saluer l’incomparable groupe MESHUGGAH, et son style tourmenté mais d’une extrême efficacité. Dès le premier morceau, « clockworks » issu du dernier opus, le public se déchaîne. Jens Kidman, arpente la scène et son growl puissant enveloppe toute l’assemblée avec le martellement incessant de Tomas Haake, à la batterie.

Les rois du Djent ne font pas dans la modération et livrent des morceaux intenses où les guitares distortionnent violemment pour le plus grand plaisir des fans survoltés qui slament à tout va. C’est direct, massif, et sans temps mort. Un véritable pilonnage auditif et visuel avec un lightshow  magnifiquement orchestré. Meshuggah, est unique tant par sa sonorité inventive, aux rythmes variés et complexes, que par son spectacle aux multiples lasers qui transpercent la pénombre en accord avec les variations du tempo.
Pas moins de 6 albums seront au programme, avec des chansons judicieusement choisies pour que chacun y trouve son compte et se défoule dans une ambiance explosive.C’est avec le titre « Future Breed Machine » extrait de l’album de 1995 « Destroy Erase Improve », que le set s’achève. Ce second opus des suédois, aura été déterminant dans leur carrière puisque c’est à partir de là qu’on leur attribuera le genre « extrême-chaotique-déstructuré novateur ». Et ils auront, une fois de plus, affirmé leur forte personnalité et leur style dévastateur.
Le public s’est donné à fond et son contentement se lie sur la plupart des visages. Ce concert restera surement gravé pour longtemps dans leur mémoire.

comeshuggah-11

comeshuggah-2

comeshuggah-4

comeshuggah-12

comeshuggah-5

comeshuggah-6

comeshuggah-7

comeshuggah-8

comeshuggah-9

comeshuggah-10

comeshuggah-13

comeshuggah-14

Line Up

Jens Kidman – Vocals
Fredrik Thordendal – Guitars
Mårten Hagström – Guitars
Tomas Haake – Drums
Dick Lövgren – Bass

SETLIST

1.Clockworks (album The Violent Sleep of Reason 2016)
2.Born in Dissonance (album The Violent Sleep of Reason 2016)
3.Sane (album Chaosphere 1998)
4.Perpetual Black Second (album Nothing 2002)
5.Stengah (album Nothing 2002)
6.The Hurt that Finds You First (album Koloss 2012)
7.Lethargica (album obZen 2008)
8.Do Not Look Down (album Koloss 2012)
9.Nostrum (album The Violent Sleep of Reason 2016)
10.Violent Sleep of Reason (album The Violent Sleep of Reason 2016)
11.Dancers to a Discordant System (album obZen 2008)
12.Bleed (album obZen 2008)

Encore:
13.Demiurge (album Koloss 2012)
14.Future Breed Machine (album Destroy Erase Improve 1995)

***************************

Rock Metal Mag remercie Base Productions et Roger pour nous avoir permis d’assister à ce concert