interview: STEVE’N’SEAGULLS


ROCK METAL MAG
A EU LE PLAISIR D’INTERVIEWER
PUKKI ET REMMEL
DU GROUPE STEVE’N’SEAGULLS

14212610_1152864974779059_1859640606992313614_n

Pukki (Chant, double basse) et  Remmel (Chant, guitare acoustique, balalaika, mandoline)

________________________________________________________________________________________________

Paris le 20 septembre 2016

 Steve’N’Seagulls est devenu ce que l’on appelle un phénomène viral sur Internet. Depuis, ce sympathique groupe de hillbilly folk finlandais, reprenant à sa sauce des classiques du hard rock, a su sortir de nos écrans pour aller à la rencontre de son public.

Désormais leurs reprises burlesques dans un style bluegrass font un carton aussi bien sur Internet que sur scène et Steve’N’Seagulls ne compte pas s’arrêter là, puisque le groupe a sorti le 9 Septembre via Spinefarm reccords « Brothers in Farm » un deuxième album qui présente d’autres reprises des plus réjouissantes d’Iron Maiden, Metallica, AC/DC, Guns’N’Roses, Nirvana, Foo Fighters…

Partie 2.4

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag :  Vous êtes défini comme un « phénomène » dans la presse. Aimez vous ce terme et êtes vous d’accord avec ça ?
Pukki : C’est plutôt honnête et celà fait vraiment plaisir. Tout est arrivé si vite après la publication de notre vidéo (en 2014) où l’on reprend AC/DC. On peut finalement dire que le terme de « Phénomène »  nous correspond tout à fait.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Êtes-vous inquiets de voir cet engouement s’évaporer au fil des années ?
Pukki : C’est le risque que prennent tous les groupes. Ça fait partie du boulot. C’est quelque chose que tu ne peux pas prévoir malheureusement. C’est pour ça qu’on donne tout ce qu’on a tant qu’on le peut.
Remmel : Et si tu continues de jouer de la bonne musique et de faire de bons concerts, je pense que c’est une très bonne chose. C’est tout ce que tu as de mieux à faire en tant que groupe, et quel que soit l’importance de ta popularité. Il faut être sincère dans ce que tu accomplis pour que ça fonctionne vraiment.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous figurez dans une pub pour Citroën. Comment est-ce arrivé ?!
Pukki : On ne sait pas vraiment en fait (rires). Nous avons été contacté par le biais de notre manager et nous nous sommes dit que celà  serait surement amusant d’essayer un truc pareil. On a tourné la vidéo en une journée en Espagne, début juin. C’était une expérience intéressante et nouvelle pour nous.
Remmel : Oui l’idée de base est sympa. C’est un Road Trip au cours duquel tu as plusieurs groupes qui jouent la même chanson tout en voyageant. C’est quelque chose que nous pourrions faire dans la réalité !

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous venez tous de différentes formations musicales avec guitares électriques, même de groupes de metal. Comment vous est venue l’idée de fonder un groupe de reprises dans un style bluegrass ? Qu’est ce qui vous a réellement motivé dans un tel projet ?
Pukki : Et bien pour être honnête, la motivation est venue de notre agence de booking en Finlande qui voulait que l’on essaie de créer un projet parallèle avec notre groupe de l’époque. L’agence voulait remettre en question notre perspective musicale, donc à partir de là, on s’est mis à faire plus de vidéos acoustiques et on a développé un son bluegrass, country et folk.
Remmel : C’était il y a environ 3 ans et 3 mois ou 2 ans et 3 mois… enfin, peut importe ! Ce n’est pas un projet que nous avons entièrement planifié et auquel nous avons vraiment réfléchi. Nous, on trouvait ça drôle et on s’est dit « ok essayons ça ! ». Nous avons suivi ce qui nous passait par la tête et nous avons joué en fonction du feeling que l’on ressentait et voilà le résultat. C’est plutôt cool. On est surpris nous-même et on s’est rendu compte qu’il ne fallait pas seulement se focaliser sur la musique mais sur tout ce qui l’englobe. Les gens semblent apprécier l’esprit de la bande et ça fait plaisir. On a aussi essayé divers instruments. Bien sûr à la base il y avait la batterie, la basse, le banjo, la mandoline et l’accordéon mais on en a rajouté d’autres comme la flûte par exemple ou encore la balalaika….
Pukki : Ce groupe, c’est quelque chose que nous n’avions vraiment jamais fait d’un point de vu marketing ou logistique, donc c’est un peu comme un test, d’une certaine manière. On reste cependant proche de ce que nous faisions avant en ce qui concerne la mise en place des concerts. On a seulement un technicien, nous n’avons pas d’équipe et nous allons aux concerts par nos propres moyens.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Comment choisissez-vous les chansons que vous reprenez ?
Remmel : Quelqu’un vient avec une idée, un riff par exemple ou un refrain. On travaille ça et puis après on joue le morceau encore et encore jusqu’à ce qu’on trouve la tournure adéquate.
Pukki : Il faut qu’on se rattache à un élément donc ça part très souvent d’une mélodie.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Combien de temps cela vous prend-t-il pour adapter les chansons à tous vos instruments ?
Pukki : Ça dépend de beaucoup de facteurs. Au départ il faut qu’on définisse une direction, est-ce qu’on va changer le morceau ou non. En général il faut qu’on pratique au moins 6 fois un titre ensemble pour que ça soit bien. L’idée de base arrive très vite et on la retravaille. On répète aussi chacun de notre côté avant de rassembler tous les éléments ensemble.
Remmel : Parfois on enregistre des morceaux chez nous et nous les envoyons aux autres. Nous voyons si nous allons garder toute la base du morceau ou si nous allons changer quelques éléments. Mais ça dépend aussi de la rapidité de la chanson (rires). Évidemment plus un titre est technique, plus il nous faut du temps. On aime répéter. On ne ferait que ça si nous le pouvions. Là ça va, on a mis 6 mois pour boucler toutes les chansons de l’album. Quand nous étions à Chicago, nous devions jouer un titre des Beastie Boys et nous n’avions que deux jours pour répéter, et en plus dans le tour bus …….. (rires) !

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Il n’y a qu’un seul titre original sur l’album. Est-ce un avant-goût pour un futur album composé de vos propres chansons ?
Pukki : En quelque sorte. On ne sait pas trop pour le moment. On va sans doute continuer à faire des reprises mais aussi davantage de chansons personnelles. Ça va arriver, on ne sait pas quand , mais ça se fera.
Remmel : Il faut d’abord voir si nous aurons assez de chansons originales et si elles seront convenables pour figurer sur un album. Dans un avenir proche, nos reprises côtoieront nos propres compositions. Notre musique est faite pour qu’on s’amuse et pour que le public passe un un bon moment. C’est un des facteurs clé je pense !

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est-ce difficile de faire sonner tous ces instruments traditionnels sur une grande scène, comme en festival ?
Pukki : Oh oui ça l’est ! Ça demande beaucoup de temps et d’argent pour faire sonner tout ça correctement ! Nous avons un seul ingénieur du son et c’est lui qui fait tout. Il est responsable des instruments quand nous jouons sur scène. C’est grâce à lui que tout fonctionne bien en live.
Remmel : Nous sommes chanceux. Nous l’avons rencontré il y a environ deux ans grâce à un ami. Et nous n’avons jamais changé d’ingé son depuis ! D’ailleurs nous ne le ferions pour rien au monde (rires). On va le garder le plus longtemps possible. Mais je pense que ce qui nous aide beaucoup c’est simplement la batterie. On se base sur elle pour faire nos réglages. Si nous n’avions pas de batterie, ça serait vraiment délicat. Le banjo est plutôt difficile à régler car nous devons jouer très vite. L’accordéon est en fait excellent pour remplacer la guitare électrique car c’est un instrument qui a beaucoup de punch.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Qui a réalisé la vidéo comique de Aces High (reprise d’Iron Maiden) ?
Pukki : Il s’agit d’un réalisateur finlandais appelé Ville Akseli Juurikkala. Il a travaillé avec beaucoup de groupes différents. Nous avions une idée de base que nous avons présenté au label et le label a été favorable. Ville était d’accord sur tout donc c’était super. Nous avons la chance d’avoir pu travailler avec un réalisateur qui avait la même vision que ce que nous voulions… Les danseuses du ventres, les vaches, la danse aérienne, la pyrotechnie, le barbecue et tout le reste…. !
Remmel : Nous voyageons souvent en voiture ensemble donc on discute beaucoup. Nous avons souvent des idées très absurdes mais nous les écrivons quelque part pour nous en souvenir. Cette fois ci, ça a fini en clip ! Quand je suis rentré à la maison j’ai reçu un message disant « danseuses du ventre et pyrotechnie », et j’étais plutôt d’accord pour ça !
Pukki : C’était très drôle à réaliser et c’était différent de ce que nous avions fait auparavant. Il y avait un sacré bout de temps que nous n’avions pas fait de vrai clip vidéo. Ça change des sessions acoustiques que nous devions enregistrer. Mais on ne vas pas abandonner la partie acoustique pour autant, car cà,  c’est vraiment notre truc.
Remmel : Le prochain clip sera sûrement un live. On essaie de trouver un endroit aux Etats-Unis pour le filmer car c’est là-bas que se déroule notre prochaine tournée. On espère avoir de bonnes surprises !

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous allez jouer 13 fois en France. C’est super ! Vous êtes accueilli avec beaucoup de ferveur dans notre pays ?
Pukki : Oui on dirait bien ! Nous sommes très heureux car nous n’aurions jamais pensé que ça marcherait autant ici. Les gens sont très réceptifs. C’est très amusant quand on joue en France. On adore ! Nous aimerions faire encore plus de dates.
Remmel : Les français sont dingues mais d’une bonne manière, tu vois. Ils aiment s’amuser. En plus toutes les salles ici sont très bien. Et on ne dit pas ça à chaque fois (rires) ! Nous avons fait beaucoup de dates en France cet été et tout s’est déroulé à merveille. Nous adorons venir chez vous.
Pukki : Je pense que l’Allemagne et la France sont les meilleurs pays pour nous.

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Une dernière question, à quoi peut-on s’attendre à un concert de Steve’N’Seagulls ?
Pukki : Beaucoup d’énergie et de tétons, et beaucoup de sueur. Nous avons une toute nouvelle setlist que nous allons jouer cet automne. Il y aura beaucoup de titres de notre nouvel album Brothers In Farms, mais on va bien entendu garder de vieux titres que nous aimons particulièrement. Nous allons avoir un nouveau backdrop et de nouvelles tenues de scène.
Remmel : C’est peut-être cliché mais quand nous sommes sur scène, nous essayons toujours de donner notre maximum. En général nous sommes plutôt fatigués après un concert, et trempés (rires). Mais jouer en live, c’est ce qui nous correspond le mieux.
Pukki : Oui c’est sur, c’est totalement différent en live comparé à l’album car c’est beaucoup plus énergétique et on peut vraiment se donner à fond !

Rock Metal Mag : Alors très bonne tournée française ! (dates ci-dessous)

14358662_863992507035371_316283790575232380_n

________________________________________________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Pukki et Remmel ainsi qu’Olivier Garnier de Replica Promotion qui nous a permis cet entretien

________________________________________________________________________________________________

13 concerts en France en novembre / décembre !

10.11 – Fontane / La Source

11.11 – Cluses /  L’atelier

12/11 – Epinal / La Souris Verte

23.11 – Paris / Le Divan du Monde

24.11 – Angers / Le Chabada

25.11 – Agen / Le Florida

26.11 – Toulouse / Metronum

27.11 – Fraisses / Salle Dorian

29.11 – Blois / Chato Do

30.11 – Lyon / Ninkasi Kao

01.12 – Nebers / Café Charbon

02.12 – Besançon / La Rodia Club

03.12 – Istres / L’Usine Club