Interview avec Matthieu de THERAPHOSA

Interview avec Matthieu de THERAPHOSA

Malgré le confinement j’ai pu m’entretenir par téléphone avec Matthieu, bassiste de Theraphosa pour discuter du dernier album du trio, « Transcendence » sorti le 24 avril 2020

Entretien par téléphone, lundi 11 mai, avec Matt, bassiste du trio Theraphosa

Photography by Denis Goria

Le trio français, THERAPHOSA, emprunte son nom à la plus grande mygale du monde. l’araignée symbolise pour eux la détermination, l’adaptation et la liberté.

Vincent, Matthieu et Martin, sont frères de sang et frères de coeur et ils jouent de la musique ensemble depuis leur plus jeune âge

Un premier EP éponyme produit en Finlande à Helsinki par Jan Rechberger, batteur d’Amorphis, voit le jour le 19 octobre 2018 via Season Of Mist.

Mika Jussila démontrera une fois de plus ses compétences aux studios Finnvox en travaillant sur le mastering de l’EP et c’est Denis Goria, photographe et réalisateur et soutien du groupe depuis sa formation qui mettra tout son savoir-faire dans la réalisation de la vidéo du titre «Obsession».

En 2019, Theraphosa entre en studio pour enregistrer son premier album «Transcendence».
Cette fois, c’est au Studio Sainte-Marthe à Paris, que le trio va travailler avec Francis Caste (The Great Old Ones, Hangman’s Chair, Regarde Les Hommes Tomber) .

Le trio a déclaré : « Nous voulons remercier le fameux Francis Caste du Studio Sainte-Marthe à Paris pour le travail exceptionnel qu’il a accompli sur l’album. »

«Transcendence», premier album de Theraphosa, est sorti le 24 Avril 2020 (distribution Season of Mist)

TRACKLIST

1 Stigmata Of The Purest Pain
2 The Curse Of Chronos
3 Mother Night
4 Dies Irae
5 Obsession
6 The Morning Star
7 Attrition
8 The Legacy Of Arachne

Commandez l’album sur : https://snd.click/theraphosa

Line up

Vincent – Guitar / Lead Vocals
Matthieu – Bass / Back Vocals
Martin – Drums

https://www.facebook.com/theraphosamusic/

________________________________________________

Rock Metal Mag : J’avais eu le plaisir de m’entretenir avec Vincent au Hard Rock Café en octobre 2018 pour parler de votre premier EP éponyme. Donc aujourd’hui c’est avec toi, Matthieu que nous allons discuter de votre premier album « Transcendence » qui est sorti le 24 avril dernier. Donc par rapport à votre premier EP est ce que le processus de composition est resté le même ?

Matthieu : Oui il n’a pas changé. En ce qui concerne la composition, c’est toujours Vincent qui compose la majeure partie des morceaux. Ensuite il les soumet à Martin, notre batteur et moi-même. On va choisir ce que l’on préfère ou confirmer le morceau qu’il nous soumet.

Une fois cette étape passée on va retravailler ce morceau et faire les arrangements nécessaires. Lorsque tout cela est terminé, on passe à l’apprentissage du morceau.

Ensuite il est possible qu’il y ait de légères modifications lors de l’enregistrement du morceau mais elles restent minimes.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Je me rappelle que vous m’ aviez dit que des morceaux étaient déjà en préparation. En fait entre l’EP et l’album vous n’avez pas arrêté de composer?

Matthieu : Tout à fait. Le processus de composition dans Theraphosa ne s’arrête jamais. Ces compositions sont faites soit par désir de composer soit lorsque l’on s’entraîne.

Ce qui fait que lorsque nous avions enregistré l’EP et que nous étions sur la préparation de l’album, la majeure partie des morceaux étaient déjà composés depuis longtemps. Il fallait simplement les ré-arranger. Donc on a toujours des compositions à disposition.

_____________________________________________

Rock Metal Mag : Peter Tägtgren du groupe Hypocrisy avait dit à propos de la vidéo du titre «obsession’ de votre premier EP :  » Super son, ça va devenir énorme! » . Il ne s’est pas trompé et avec ce premier album on peut dire que vous avez atteint l’excellence.

Matthieu : Merci beaucoup, c’est très gentil. Je ne me permettrais pas de confirmer vos dires parce que, personnellement, je considère que l’on est justement, en permanence sur le chemin de la perfection. Cet album, n’est qu’un bout de l’oeuvre que l’on espère accomplir.

_____________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez d’ailleurs repris le titre Obsession sur cet album, pourquoi?

Matthieu : A la base on voulait établir une sorte de rappel avec l’EP. Au final on s’est rendu compte qu’il aurait mieux valu le laisser uniquement sur l’EP. Mais, à ce moment là c’était trop tard. On a donc fait avec.

On l’a quand même modifié et au niveau du son l’apport de Francis Caste se ressent énormément. Il y a eu aussi quelques modifications par ci par là.

____________________________________________________

Rock Metal Mag : La transcendance est un mot assez complexe qui a été défini par bon nombre de philosophes, d’écrivains, de psychologues et même de mathématiciens, mais c’est surtout le dépassement de soi, c’est pour ça que vous avez choisi ce nom pour l’album ?

Matthieu : Alors exactement. On a abordé cette vision assez commune de la transcendance, qui est le dépassement de soi, aussi bien d’un point de vue moral, que physique, qu’intellectuel.

On a abordé les moteurs de cette transcendance et certaines choses qui touchent à la condition humaine et qui peuvent amener à cette transcendance.

Bien sur le morceau indirectement ou en sous texte évoque la notion très religieuse de la transcendance pour le croyant. Mais il évoque aussi la notion d’immanence. C’est la transcendance mais d’un point de vue athée.

Ce sont deux notions qui semblent opposées mais qui convergent vers le même but d’amélioration de soi. Pour le Christianisme par exemple, la transcendance, c’est l’accès au royaume de Dieu au Paradis. Donc c’est la contemplation et le royaume non sensible.

Par contre pour l’immanence, c’est plus apprécier la vie et ce qu’elle a à nous offrir.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Par rapport à votre EP très varié au niveau des styles, « Transcendence » est beaucoup plus équilibré et superbement structuré. Cet album a du vous demander un travail considérable et surement beaucoup de temps ?

Matthieu : Cela nous a demandé, selon moi, plus de travail que sur l’EP précédent. Cependant je serais incapable de dire quelle a été la durée du travail pour le processus de composition. Il se fait indirectement. Il ne se fait pas dans la pensée de composer un album.

Je suis incapable de dire combien de temps a pris cette composition. Pour ce qui est de la préparation musicale et de la répétition du groupe, etc… si je me souviens bien il nous a fallu 6 mois pour préparer techniquement l’album.

Cela nous a demandé des progrès techniques surtout en ce qui concerne, le batteur et moi-même. Mais je dirais que cela fait partie de l’évolution du groupe.

_______________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour ce premier album, vous êtes restés en France cette fois-ci. Comment s’est passé la collaboration avec Francis Caste du Studio Saint Marthe ?

Matthieu : Alors vraiment très très bien. Une très agréable collaboration à tous les niveaux. Que ce soit au niveau humain qu’au niveau professionnel. C’est quelqu’un de très gentil, de très compétent et avec qui on peut énormément discuter. On arrivait au studio entre 8 et 9h et on repartait vers 20 heures.

Cela a duré un mois et c’était vraiment une très, très, très bonne expérience. Je suis content que l’on ait choisi Francis Caste pour cet album car on sent qu’au niveau du son le travail a été fait. Il y a un réel bagage technique et une réelle expertise derrière le son.

________________________________________________________

Rock Metal Mag : Pour les textes c’est toujours Vincent qui les écrit, mais tu as également participé à l’écriture cette fois ci?

Matthieu : Tout à fait. Alors pour resituer la chose, on a commencé très jeune à jouer de la musique. Et Vincent avait déjà quelques années de plus que nous dans la musique . Il avait donc un bagage technique au niveau de la composition qui l’a amené à composer et à rester maître dans ce domaine là.

Pour ce qui est de l’écriture des paroles, il était plus âgé que nous et avait donc une maturité qui faisait force dans cette écriture. Aujourd’hui on a pas mal grandi et avec Martin on a plus d’expérience. Donc on souhaite s’impliquer un peu plus dans la réalisation du groupe.

C’est pour ça que j’ai proposé ma vision des choses en ce qui concerne la philosophie du groupe et l’écriture des paroles. J’ai donc écrit à peu près la moitié des textes.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Il y a le titre « Attrition » qui est en français, pourquoi avez vous choisi la langue de Molière ?

Matthieu : Parce que nous sommes français. On trouve que c’est un langage magnifique qui mériterait d’être bien plus utilisé. On aimerait qu’il rayonne à l’étranger, ce serait vraiment un honneur pour nous et un plaisir.

Personnellement, je trouve que l’écriture est bien plus simple en français et qu’elle est bien plus efficace. Il est bien plus facile et pertinent d’aborder les notions que l’on évoque, en français. C’est une langue tellement riche qu’aborder des notions complexes en français, se révèle pleinement productif.

_________________________________________

Rock Metal Mag: Et toute la thématique générale de l’album repose sur le dépassement de soi?

Matthieu : Sur la transcendance et la condition humaine. C’est le rapport de l’homme à sa condition et à certains concepts qui touchent directement sa condition.

______________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez dévoilé « votre premier single « Stigmata Of The Purest Pain » . Dans ce titre vous dites que la douleur est source d’interrogations et elle conduit donc à une meilleure compréhension du monde qui nous entoure. La douleur est donc une chose nécessaire pour se tourner vers quelque chose de positif ?

Matthieu : Je pense en effet que c’est nécessaire. Bien évidemment je ne parle pas de la douleur volontaire ou de s’infliger le mal. Que ce soit un mal physique ou mental. Mais les épreuves émotionnelles que la vie nous impose, sont formatrices.

Cela nous amène à une réflexion, comme par exemple, vivre la perte d’un être très proche ou subir les moqueries des gens. Cela amène à réfléchir et cela nous endurcit et nous fait comprendre la réalité de la nature humaine ou de la nature tout court.

C’est le même principe que dans le sport. L’activité sportive est une souffrance mais au final elle amène à devenir plus fort, plus endurant, plus rapide. Il faut souffrir pour accéder à cette supériorité.

_____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous avez choisi de faire une vidéo sur le titre « The Curse of Chronos » , pourquoi cette malédiction du temps ?

Matthieu : Cela parle du temps et du rapport que l’homme entretient avec lui. De l’inhérence du temps à la vie et à toute chose. Il y a une vision aussi bien négative que positive. Cela aborde indirectement la peur que le temps évoque pour l’homme.

Qu’est ce que le temps? C’est la vie et la mort. C’est la jeunesse et la vieillesse. Et personne ne souhaite vieillir, personne ne souhaite mourir. Surtout aujourd’hui, dans la société actuelle. C’est un problème qui se fait sentir de plus en plus.

Et l’inhérence du temps à toute chose est que toute chose qui a eu un début à une fin. Cela rejoint cette notion de transcendance qui s’inscrit dans un processus plutôt long.

___________________________________________

Rock Metal Mag : Le dernier morceau « The Legacy Of Arachne » est grandiose avec ses choeurs liturgiques . Il pourrait largement être adapté à un film à grand spectacle. Ce final de l’album est totalement différent de son début. J’ai trouvé qu’il y a un cheminement avec un fil conducteur tout au long de « Transcendence ». L’histoire s’achève justement sur ce dépassement de soi et cette espèce d’élévation si je peux dire? C’est bien ça?

Matthieu : Tout à fait. Sur l’EP, on avait écrit un poème, par rapport au mythe d’Arachné raconté par Ovide. (ndlr : notre interview). On avait expliqué ce que représentait l’araignée, philosophiquement pour nous. Elle représente la résilience, l’adaptabilité, elle inspire la peur mais elle fait également preuve de beaucoup de grâce.

Donc par cette résilience et cette adaptabilité, elle est d’un point de vue humain un signe de détermination. C’est indirectement, la source de cette transcendance. « The Legacy Of Arachne » est un rapport direct à cela. Et donc, d’un point de vue philosophique, c’est l’aboutissement musical de cette transcendance.

_________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous figurez dans le dernier Metal Hammer Magazine cela a été une belle surprise pour vous ?

Matthieu : Alors moi personnellement, je ne porte pas beaucoup d’attention sur les retours. Je les écoute évidemment, mais je préfère rester concentré sur notre travail. Je pense que être trop sensible aussi bien à la critique positive qu’à la critique négative, cela peut, à terme, vous atteindre.

Il me semble que mon frère a été très content de cette publication dans cette revue. Metal Hammer est un magazine qu’il apprécie tout particulièrement et qu’il connait depuis un moment.

Après, tout dépend aussi, de la critique. Si on tombe sur une critique constructive et qui analyse musicalement, d’un point de vue mélodique, harmonique, rythmique ou même philosophique, les sujets que l’on aborde, c’est intéressant. Cela donne une vision de son travail que l’on n’aurait pas forcément. Donc elle amène à perfectionner son oeuvre.

Malheureusement il y a aussi des critiques qui peuvent être négatives, qui ne comportent aucun des traits que je viens de souligner. Elles sont soit dans l’invective, soit dans du ressenti. Et en tant que musicien, on ne peut rien faire de constructif quand on vous critique uniquement sur le ressenti. Car les goûts et les couleurs c’est tout un chacun.

________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Vous restez toujours très sobres dans vos pochettes comme dans votre apparence, toujours vêtus de noir. C’est un moyen de vous effacer et laisser toute la place à votre musique qui elle est loin d’être sobre?

Matthieu : On peut tout à fait le voir ainsi. Mais on a voulu un coté très minimaliste qui est inspiré par mon frère. Pour ce qui est de ce coté très sobre, on essaie d’être élégant. Et on estime et on veut que notre musique soit aussi élégante que nos pochettes.

De plus on s’inspire de la haute couture et de cet esprit français que l’on peut trouver pour l’esthétique du groupe.

Mais sinon, je pense que vous avez raison sur ce coté de mettre d’abord la musique en avant . Aujourd’hui, il y a beaucoup de concerts, où les groupes sont très actifs sur scène. Il se passe beaucoup de choses, comme de la pyrotechnie, et c’est devenu surtout un spectacle.

Il est vrai que de par notre comportement sur scène et notre habillement, l’auditoire est amené justement à se concentrer bien plus sur la musique que sur nous. Et donc, votre remarque est tout à fait pertinente.

Je rajouterais que notre accoutrement et notre façon de nous comporter sur scène, ajoute à l’atmosphère du groupe, qui peut être très froide.

____________________________________________________________

Rock Metal Mag : Etant donné que vous composez tout le temps, vous avez surement des morceaux en préparation ?

Matthieu : Alors, on a des morceaux, mais pour l’instant, ils n’ont pas dépassé la deuxième étape. On en a choisi aucun d’entre eux. Nous ne travaillons actuellement que les morceaux de l’album. Des morceaux sont composés mais je ne pourrais pas dire grand chose de plus actuellement.

___________________________________________________________

Rock Metal Mag : Avec la fin du confinement, est ce que vous prévoyez de faire un nouveau clip ?

Matthieu : Non, pour le moment, nous n’avons rien prévu à ce niveau là. On a voulu faire le clip sur « The Curse Of Chronos », que l’on a donc quand même réalisé malgré le confinement. Une lyric vidéo va sortir, très prochainement, mais pour l’instant c’est tout.

________________________________________________________________

Rock Metal Mag : Est ce que l’on peut espérer vous voir en concert cet automne ?

Matthieu : Pour l’instant, non. Nous avions des dates de prévues mais avec le confinement elles ont été annulées, malheureusement. Et donc, nous n’avons rien d’autre de prévu. J’espère que la fin de ce confinement va nous amener à jouer dans des salles, dès que possible.

____________________________________________________________________

Rock Metal Mag remercie Matthieu, bassiste du trio Theraphosa et Roger de Replica Promotion

https://theraphosamusic.bandcamp.com/

Notre chronique : http://rockmetalmag.fr/chronique-transcendence-de-theraphosa/

Notre interview en 2018 : http://rockmetalmag.fr/entretien-avec-vincent-de-theraphosa/