coairbourne-9-copie

AIRBOURNE + LEOGUN le 2 décembre au Trianon


NOUS PRODUCTIONS présentait ce concert Au Trianon à Paris

Leogun

Groupe d’ouverture annoncé tardivement, Leogun est un trio londonien encore peu connu chez nous. La musique que propose la bande est légèrement en décalage avec celle d’ Airbourne, mais on ne reste pas indifférent à leur son. C’est un mélange de stoner rock teinté de blues. Les riffs énergiques incitent un public déjà chaud et impatient à bouger dans tous les sens. Le trio propose des morceaux extrait de leur premier album « By The Reins », sorti en 2013 et des titres de leur dernier EP « Majick Potion » datant de 2015. C’est une lourde tâche que d’ouvrir pour une tête d’affiche telle qu’Airbourne, et le public réagit vraiment bien et Leogun s’en sort haut la main. Il faut dire que Tommy Smith a une voix remarquable et il faudrait être difficile pour ne pas tomber sous le charme de ce chanteur charismatique et dont le talent et plus qu’évident, tout comme celui de ses deux compères à la basse et à la batterie. Le trio remporte un vif succès et
quitte la scène sous une pluie d’applaudissements.
Bonne surprise de la soirée, et belle découverte, Leogun est un groupe à suivre !

coleo-gun-4

coleo-gun_

coleo-gun-5

coleo-gun-3

coleo-gun_

Airbourne

La foule part faire quelques réserves de bières au bar durant la changement de plateau. Le concert n’a pas encore commencé que déjà des gobelets volent dans un Trianon, archi complet. Les fans sont bouillants et attendent de pieds fermes les frères O’Keefe et leurs acolytes.
Arrive enfin la fameuse intro du film Terminator qui annonce la venue imminente d’Airbourne sur scène. Telle une déferlante déchaînée, le public se précipite vers le devant de la scène et vient s’agglutiner sur les barrières pour être au plus près du groupe. Comme sur la tournée précédente, c’est « Ready To Rock » qui ouvre les hostilités. Les cirles pits et les wall of death s’enchaînent au rythme des chansons. Nos quatre kangourous arpentent la scène de long en large avec une énergie frénétique.
Joël O’Keeffe, capte toute l’attention, et le sourire aux lèvres, il arrose le public (et quelques photographes au passage) avec des canettes de 1664. Le groupe joue tous ses classiques comme « Too Much, Too Young, Too Fast », « Girls In Black », où Joël prend un bain de foule, et « No Way But The Hard Way ». Sur cette dernière, le frontman survolté demande aux gens de grimper sur les épaules de leur voisin. Les fans ne sont pas très réceptifs sur ce coup là et seulement quatre personnes s’exécutent, ce qui fait bien marrer le groupe. Les slameurs s’en donnent à cœur joie, ne laissant pas une minute de répit à la sécurité. Joël en profite pour remercier les gars de la sécu. Les fans se mettent alors à chanter un « merci la sécu » sous les yeux sidérés du quatuor qui en profite pour souffler un peu. Changement de backdrop. « Rivalry » est le premier morceau extrait du dernier album « Breakin’ Outta Hell » joué ce soir. Et ce n’est pas le dernier, puisqu’ils en interpréteront trois autres, notamment « It’s All For Rock’n’Roll », un titre en hommage au regretté Lemmy Kilmister. La bière coule à flot. En milieu de set, la foule décide de donner encore de la voix en se mettant à chanter La Marseillaise. Tout le Trianon s’y met et offre un beau moment d’union. Le groupe applaudit. La soirée très mouvementée continue et arrive le moment du rappel. Des « oh oh oh » s’élèvent depuis la fosse qui tape des pieds, faisant trembler la salle. Le batteur Ryan O’Keeffe, bière à la main, revient sur scène pour faire sonner la sirène de « Live It Up ». Le set se termine par le classique « Runnin’ Wild ».
Joel martèle des canettes de bières sur sa tête et en lance à tout bout de champs. Il descend de scène pour arroser le premier rang en beuglant « are you crazy ? ».
C’est vraiment une ambiance de dingue qui règne dans la salle, et ça fait plaisier de voir tous ces visages plein d’enthousiasme et réellement heureux d’être là ce soir. Quel show endiablé!. Les australiens à bout de souffle s’éclipsent après un concert d’une grande intensité et que toute la salle semble avoir apprécié à l’unanimité. On espère revoir nos petits australiens survoltés au plus vite, mais on sait déjà qu’ils seront au Hellfest 2017 et ça c’est vraiment une bonne nouvelle.

coairbourne-2
coairbourne-6

coairbourne-1

coairbourne-3

coairbourne-11

coairbourne-10

coairbourne-5

coairbourne-7

SETLIST
1-Ready to rock
2-Too much, too young, too fast
3-Chewin’ the fat
4-Diamond in the Rough
5-Rivalry
6-Girls in black
7-It’s all for rock n’roll
8-Down on you
9-Breakin’outta hell
10-No way but the hard way
11-Stand up for rock n’roll
Rappel
12-Live it up
13-Runnin’wild

*********************************************

Remerciements à Nous productions et Replica Promotions